Vous êtes ici » Accueil » HEDDA » Actualités » Une crème solaire sans danger pour l’homme ni l’océan : ma résolution de l’été (...)

Actualités

Une crème solaire sans danger pour l’homme ni l’océan : ma résolution de l’été !

La star de l’été c’est elle : la crème solaire ! Indispensable pour la protection de notre peau, on l’applique sur tout notre corps et ce plusieurs fois par jour pour pouvoir s’exposer même à 13h, et ce en pleine conscience ! Nous n’hésitons pas à en tartiner nos petites têtes blondes, au nom de la nocivité des UV. Mais qu’en est-il de celle des crèmes solaires ? Si depuis la fameuse enquête de 50 millions de consommateurs sur les dangers des crèmes solaires, nul n’ignore plus le problème, le choix d’une alternative saine est souvent rendu épineux par des discours marketing ambiguës et des étiquettes de composition indéchiffrables. Au-delà de vous éclairer sur les risques et dangers des crèmes solaires pour l’océan et pour l’homme, HEDDA vous livre les quelques clés qui vous aiderons à choisir votre tube de l’été, la crème qui sans danger, vous protégera des rayons solaires tout en préservant votre santé et l’environnement.

Se protéger du soleil, un enjeu environnemental et sanitaire

Moi, l’océan et mon écran total

Dès les premiers rayons, elle nous suit partout, dans le sac à main, le sac de sport et le sac de plage. Sans elle, impossible de s’adonner au traditionnel « lézardage estival » ! Et pourtant, dans ces décors idylliques de bord de mer, protections solaires, métabolisme et écosystème marin ne font pas bon ménage. Car pendant que nous dorons au soleil, les composants chimiques souvent dangereux de votre crème solaire opèrent en silence dans votre organisme, tandis que les coraux palissent à vitesse grand V !

« Make our planet great again ! »

Un constat est sans appel :
« La moitié du corail mondial est en danger de disparition d’ici 20 ans ! » D’ailleurs, la presse s’en fait aujourd’hui l’écho à grand renfort d’interventions médiatiques, de personnalités politiques et autres stars des petits et grands écrans. Il est urgent d’agir pour sauver notre planète puisque nous en avons qu’une, il est urgent de retrouver de saines habitudes. Pourquoi ces protections solaires ont-elles des effets dévastateurs sur les océans, et pourquoi sont-elles devenues une des premières causes de leur pollution ?

Quelques chiffres pour nous permettre d’appréhender le danger de la crème solaire sur les océans

16000 à 20000 tonnes de crèmes solaires sont utilisées chaque année

Sachant que 25% de la crème solaire étalée sur votre corps se déverse dans l’eau de mer au bout de 20 minutes de baignade

4000 à 6000tonnes de crèmes solaires sont donc rejetées chaque année sur les récifs coraliens

48h c’est le temps nécessaire à une crème solaire pour tuer le corail

10% des récifs coralliens mondiaux pourraient être menacés par l’impact dangereux des crèmes solaires.

Pourquoi sont-elles l’ennemi des océans ?

Elles favoriseraient le blanchiment des coraux

Les filtres UV (notamment les filtres chimiques non biodégradables) entrainent des infections virales chez la zooxanthelle, une micro algue vivant en symbiose avec le corail et nécessaire au développement et à la survie de celui-ci. Preuves scientifiques à l’appui, les dégâts sont irréversibles, les coraux blanchissent et meurent en 48h.

Quand les perturbateurs endocriniens n’épargnent rien ni personne

Une étude menée à Hawaï a mis en cause Le benzophenone-3 (ou oxybenzone), composant à priori dangereux de nos crèmes solaires. En plus d’être un perturbateur endocrinien qui menace notre santé, il provoque la mort du corail, même à de très faibles concentrations en quelques heures seulement.

La crème solaire, ce danger pour l’écosystème

Les conséquences sur les coraux sont lourdes : il ne faut pas oublier que 25% des espèces marines en sont dépendantes, et qu’il protège les littoraux en formant une barrière très efficace contre les éléments du large.

Un impact sur les coraux mais pas que : elles causeraient d’autres désastres écologiques

Le plancton…

Le plancton est lui aussi perturbé par les composants plus ou moins dangereux des crèmes solaires. Une étude a en effet montré que certains filtres solaires libérés dans l’eau favorisent l’apparition de peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée, H2O2), un puissant oxydant pouvant affecter la croissance et le développement du plancton.

Les organismes marins filtreurs…

Il a également été montré que le danger des filtres solaires, même organiques, est l’accumulaient dans les organismes marins filtreurs tels que les moules.

Et tout l’écosystème marin !

Si on y ajoute les silicones non biodégradables qui donnent des textures agréables et inédites pour faciliter l’étalement, et les phtalates contenus dans les parfums évocateurs, on a là un cocktail détonnant et mortel pour notre écosystème marin !

Filtres solaires minéraux Vs. Filtres chimiques

Il est important de préciser que les filtres minéraux, même s’ils sont moins toxiques que les filtres chimiques, ont également des conséquences environnementales. Il serait prématuré de négligé les éventuels dangers des crèmes solaires à filtres minéraux.

L’idée aujourd’hui est de réduire l’impact environnemental au maximum tout en ayant en tête l’enjeu de santé publique puisque le nombre de cancers cutanés s’accroît chaque année.

Une crème solaire sans danger qui protégerait efficacement, c’est possible ?

Comment se protéger des agressions du soleil tout en respectant sa peau et la planète ? Pour bien comprendre et orienter son choix, il faut avoir en tête différents éléments…

Soleil Ami ou Ennemi ?

C’est un ami !

Il nous réchauffe, nous donne de l’énergie, booste notre moral, nous colore d’une jolie teinte et surtout est nécessaire à la vie. Son rayonnement, à petites doses, est indispensable à notre organisme et notre santé. Il nous permet de synthétiser la vitamine D une vitamine fondamentale reconnue comme un anti cancer naturel.

C’est un ennemi !

Il amenuise notre capital soleil et fait souffrir notre peau et ceci faute de modération. Car nous nous consacrons 3 à 5 semaines par an au bord de l’eau, car nous voulons rattraper le temps rapidement et palier à une frustration sur l’année écoulée, car nous voulons revenir ultra bronzés pour prouver qu’on a eu un temps de dingue, etc. et sommes prêts à s’exposer 8H par jour en plein soleil à griller comme du bacon !!!!

Ce qu’il faut savoir sur les UV

On distingue 3 types de rayonnements UV

* les UVC : très nocifs, ils ne nous atteignent pas car ils sont stoppés par la couche d’ozone
* les UVB (5% des UV) : ils pénètrent au niveau de l’épiderme (couche superficielle de notre peau) et sont responsables du bronzage et des coups de soleil
* les UVA (plus nombreux 95%) : ils pénètrent eux au niveau du derme, dégradent le collagène et l’élastine et sont responsables du vieillissement prématuré de la peau

Les radicaux libres

Le duo UVA-UVB produit un très grand nombre de radicaux libres, atteint l’ADN des cellules et favorise l’apparition de cancers cutanés particulièrement dangereux. La crème solaire s’avère alors nécessaire pour s’en protéger, mais pas à n’importe quel prix !

Les 2 grandes familles de crèmes solaires et comment agissent-elles ?

Les protections traditionnelles (synthétiques)

Elles doivent leur succès à leur texture fluide qui ne colle pas et ne laisse pas de traces blanches sur la peau. Elles contiennent donc des « filtres chimiques » qui agissent en absorbant les UV à la place de peau. Attention, ces filtres n’agissent que 30 minutes après l’application, peuvent présenter des risques pour la santé et ont un impact environnemental négatif. L’un des filtres les plus problématiques est l’Oxybenzone (Benzophenone-3) : filtre instable à la lumière, il doit être combiné avec un ou plusieurs autres filtres comme l’octocrylène pour demeurer stable. Allergisant et potentiellement cancérigène, ce dernier est un perturbateur endocrinien reconnu et ayant un impact environnemental avéré.

Lorsqu’on évoque les dangers des crèmes solaires, d’autres filtres sont incriminés, ayant une activité œstrogénique et étant nocifs pour l’environnement comme le 4-Méthyl Benzylidène Camphre (4-MBC) ou Methylbenzylidene Camphor...

Les crèmes solaires bio (minérales)

A priori moins dangereuses, les crèmes solaires bio contiennent des filtres minéraux résultant d’un assemblage de microparticules de minéraux tel que l’oxyde de zinc ou le dioxyde de titane. Ces filtres diffractent la lumière et réfléchissent les UV comme une barrière. Ils sont efficaces dès l’application. Moins allergisants et mieux tolérés que les filtres chimiques, ils sont photostables et ne sont pas absorbés par la peau. Le bonus, est leur biodégradabilité, pas de résidus qui s’éparpillent dans l’océan et dégradent l’écosystème marin. Des crèmes de protection solaire sans danger pour l’homme.

Attention toutefois il faut que le produit soit [sans nanoparticules]

Qu’est-ce que c’est ? Pour conférer à la crème une meilleure texture, les filtres minéraux peuvent être encapsulés. Suspectés de traverser la barrière épidermique et de pénétrer les tissus, il est souhaitable d’être vigilant à cette mention dans la liste des ingrédients :
Ex : Titanium Dioxyde [NANO] ou Zinc Oxyde [NANO]

C’est bien gentil tout cela mais comment choisir la bonne protection, saine et écologique ?

Puisqu’il n’est pas envisageable de se passer de crème solaire (une application généreuse toutes les deux heures est recommandée), on essaie de repérer les mentions « ÉCORESPONSABLE » et « BIODÉGRADABLE » sur le produit. On privilégie les labels BDIH, Nature et progrès, Cosmébio ou Écocert.

Les alternatives eco friendly

On peut se couvrir d’un chapeau ou d’une casquette...
On évite les heures d’ensoleillement les plus nocives et on privilégie la sieste sous un olivier ou un jeu de société en famille….

La bonne attitude !

On peut donc adopter la bonne attitude avant d’arriver à des solutions extrêmes comme dans certains pays plus radicaux comme le Mexique qui pour protéger l’écosystème marin des dangers de la crème solaire, vont jusqu’à l’interdire sur certaines plages !

Cet été, on adopte l’HEDDA’titude !

On bronze sereinement en pleine conscience en optant pour une crème solaire qui respecte la vie : un filtre minéral sans nanoparticules ! « Il n’y a pas de plan B car il n’y a pas de planète B… »

E-shop

Découvrez tous nos produits

Les professionnelles témoignent

"La gamme visage est un très bon rapport qualité/prix pour tout type de clientèle, (...)

Lire plus

Tous les avis

Elles ont adopté l’HEDDA’ttitude

Rendez-vous a été donné à Isabelle sur Nantes dans un café aux accents scandinaves et (...)

Lire plus

Tous les avis

Wakamé ou undaria pinnatifida, nouvel or vert de la cosmétique naturelle

30 octobre 2017

Chez Hedda, on privilégie dans nos formulations les algues car elles présentent une « bio-affinité » avec la peau. Bien normal donc, que pour revitaliser votre visage, on ait sélectionné le wakamé ou undaria pinnatifida pour booster (...)

Lire plus Tout les actus
La R&D HEDDA

La R&D HEDDA

S’affranchir des dictats marketing de la cosmétique traditionnelle a permis à Eulalie et Frédéric, créateurs d’HEDDA, de remettre le bon sens au cœur de leur action et d’assoir leur concept sur les valeurs du Développement Durable...

Lire la suite
Partager
restons connectés ! HEDDA sur Facebook HEDDA sur Twitter HEDDA sur Instagram